La mouche soldat

 

Elle ne fait pas partie à proprement parler des autres habitants du lombricomposteur, mais sa larve peut s'y développer parfois en grand nombre, surtout dans le sud de la France.

Son lom latin est Hermetia Illucens et à l'état adulte, elle ressemble à une guêpe noire.

 

 

Elle est originaire des régions tropicales d'Amérique, mais a colonisé toutes les régions qui lui conviennent, et le sud de la France depuis les années 50.

La mouche adulte pond sur des végétaux en putréfaction, des charognes, sur les déjections, fumiers, ou bacs à purin par exemple.

Un lombricomposteur bien équilibré ne devrait donc pas l'intéresser comme lieu de ponte.

Mais on n'est pas à l'abris d'une introduction accidentelle et sa présence est vite remarquée. Les larves sont assez grosses (15 à 20mm de long), de couleur crème à marron, avec un corps aplati, très vivaces, et plutôt en surface car elles se nourrissent des restes relativement frais. On peut les trouver en quantité importante car une ponte fait plusieurs centaines d'oeufs.

 

Bien que son aspect soit peut engageant, elle ne présente aucun danger pour les vers.

 

Mais selon l'importance de leur population, elles vont les priver d'une bonne partie de la nourriture, en leur laissant essentiellement la cellulose qu'elles ne consomment pas, mais qui est peu nutritive.

La larve met 15 jours environ à se développer, puis va chercher un endroit sec pour se métamorphoser en nymphe, d'où un adulte sortira 15 jours plus tard également.

 

L'ambiance trop humide d'un lombricomposteur ne permettant pas à cette mouche de se développer,

le plus simple pour s'en débarrasser est de prélever les larves et de les donner à manger à des poules ou des poissons par exemple.

 

Cette mouche est une alternative au lombricompostage dans les pays chauds. Elle permet de traiter les déchets végétaux et déchets d'élevage, en les transformant en engrais pour les plantations et en protéines pour les élevages.

Ainsi en Indonésie, cette technique permet de transformer 2,5 tonnes de tourteaux de palmiste (résidus huile de palme) en1 tonne de larves en 3 semaine, à condition que des ilôts de forêt soit laissés entre les plantations de palmes.

Il en est de même pour le retraitement des lisiers de porcs par exemple.

L'avantage est que sa présence dans les déchets empêche d'autres mouches de s'installer, et ques les larves sont faciles à récupérer pour l'alimentation animale puisqu'elles sortent d'elle même quand elles sont "mûres".

Les larves sont très riches en calcium (en moyenne 10 fois plus que les autres larves de mouches), en graisses et en protéines.

Les mouches adultes sont vecteurs d'aucune maladie. Elles ne présentent aucune gêne pour les humains ou les animaux car elles ne vivent qu'une semaine pour se reproduire et ne se nourrissent pas pendant ce laps de temps (elles n'ont même pas de pièces buccales prévues pour ça...). Elles vivent uniquement sur les graisses stockées à l'état larvaire.