les Drosophiles

La drosophile fait régulièrement partie des habitants du lombricomposteur, pas toujours pour le plus grand plaisir de son propriétaire, car elle peut devenir rapidement envahissante, surtout en intérieur, et pas très facile à éradiquer !

Cette petite mouche est également appelée mouche à vinaigre, car elle est attirée par les liquides ou les végétaux fermentés ou à odeur aigre, sur lesquels elle vient pondre et où les larves vont se développer. Elle véhicule avec ses pattes des spores qui accélèrent l'attaque des fruits par les moisissures.

 

 

Elle est présente depuis plusieurs millions d'années sur toute la Terre et fait l'objet de manipulations génétiques en laboratoire, car elle possède des chromosomes géants sur lesquels il est facile d'intervenir.

Mesurant environ 3 à 4mm, elle est de couleur brun jaunâtre avec des anneaux noirs transversaux sur l'abdomen. Les mâles sont un peu plus petits, ils ont des peignes aux pattes avant et l'arrière du corps plus foncé.

 

 

Les antennes sont courtes et plumeuses aux extrémités. Les yeux sont en général rouge vif et les ailes de taille réduite.

 

 

L'oeil est composé de 800 unités de vision ou ommatidia, ce qui en fait un des plus développés parmi les insectes.

              

 

Les ailes, croisées sur l'abdomen quand la mouche ne vole pas, peuvent battre à 250 battements par seconde.

 

La drosophile a un cycle de reproduction qui varie de 1 à 7 semaines en fonction de la température.

L'optimum est de 28° C avec un cycle de 1 semaine, une température de 30° donne un temps de développement un peu plus long soit 11 jours.

Mais des températures plus fraîches vont considérablement rallonger le temps de développement :

                            - 2 semaines à 25°

                            - 4 semaines à 18°

                            - 7 semaines à 12°

C'est pour cela que les infestations de lombricomposteur peuvent être très rapides quand il fait chaud.

 

Les adultes se nourrissent de fruits mûrs ou avariés, de végétaux et de champignons en décomposition, ainsi que de liquides fermentés. Ils s'alimentent aussi de nectar et d'autres solutions sucrées.

Bien qu'elles participent à la décomposition des végétaux sur lesquels elles pondent leurs oeufs, leur présence très nombreuse n'est pas agréable dans un lombricomposteur...

Elles servent de nourriture à certains petits animaux insectivores qui semblent apprécier sa présence !

 

 

Mais pour vous même vous préférerez sans doute celles-ci !

 

 

Cette espèce, adultes et larves, aime l'humidité et la lumière.

La femelle pond environ 400 oeufs dans des fruits ou des végétaux en fermentation. Si la fermentation est passée et que les déchets sont simplement attaqués par des moisissures ou des bactéries, ils n'intéressent plus la Drosophile, ni comme nourriture ni comme lieu de ponte.

Les oeufs sont blanchâtres et difficiles à voir à l'oeil nu, ils mesurent 0,5 mm. Chaque oeuf porte 2 tubes respiratoires qui émergent du liquide où il a été pondu.

 

 

Le cycle de reproduction est très rapide. L'exemple ci-dessous est donné pour une température de 25°, il sera par exemple 2 fois plus rapide à 28°.

La larve sort de l'oeuf après 24 heures. Elle est blanche et n'a pas de pattes. L'extrémité où est la tête est plus pointue que l'autre. Elle se déplace activement sur les surfaces humides où elle s'alimente. Elle va croître pendant 5 jours en muant 2 fois, 24 heures et 48 heures après l'éclosion.

 

 

Elle se nourrit des sucres du fruit lui-même, et des micro organismes présents sur divers matériaux sucrés ou fermentés, habituellement d'origine végétale, qui produisent des éthers et des esters. Ceci favorise la croissance des levures dont les larves se nourrissent.

Puis les larves gagnent un milieu plus sec et s'encapsulent dans la pupe, qui va sécher et prendre une couleur brunâtre ou orangée. La nymphe porte une paire de filaments à la base du corps.

 

 

Après les 5 jours que dure la métamorphose, l'adulte sort et les femelles s'accouplent au bout de 12 heures, attirées par les males qui font une cour en faisant vibrer leurs ailes.

 

 

Elles peuvent stocker le sperme des mâles pour l'utiliser ultérieurement.

Contrairement aux mammifères où les mâles produisent un grand nombre de très petits spermatozoïdes, la diversité des longueurs de spermatozoïdes est extraordinaire chez les drosophiles, allant de spermatozoïdes nains à des spermatozoïdes géants mais uniques et mesurant sept fois la longueur du corps de la mouche, sous forme d'un long filament replié sur lui même.

 

 

La durée de vie de l'adulte est d'environ 1 mois à 29°.

Compte tenu de sa prolifération très rapide, qui peut en théorie atteindre des milliards d'individus en quelques semaines, il est important d'éviter d'introduire dans le lombricomposteur des fruits surs lesquels les mouches ont pondu.

Les épluchures doivent être stockées dans des contenants fermés en attendant d'être mis dans le lombricomposteur, recouverts d'une feuille de papier journal qui limitera leur accès aux mouches.

Mais même en prenant toutes les précautions possibles, il y aura toujours au moins une infestation ou deux pendant la période chaude.

A part l'aspect gênant de leur grand nombre, elles sont inoffensives. Elles peuvent toutefois propager des micro organismes sur leurs pattes, il est donc préférable de laver les fruits avant de les consommer.

 

Et pour terminer cette présentation qui vous aura permis de mieux connaître ces perturbatrices de lombricomposteurs, voici 2 photos en relief (par vision croisée) de Lord V :